Jean-Jacques Birgé

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 7 avril 2009

Un duo de susus tourne au drame


Sacha Gattino m'avait fait saliver avec ses instruments rigolos achetés chez Dan Moi. Ma dernière commande comprenait un rhombe en arc vrombissant, un racleur d'escargots, un kokoriko en noix de coco, une flûte à coulisse en bambou, un appeau de petite chouette, un xaphoon en ut et des susus. Sacha m'en ayant fait la démonstration en collant son susu entre sa langue et le palais, nous décidons de réaliser un duo humoristique avec ce petit instrument composé d'une lame vibrante en plastique et de deux petits morceaux de bambou. Une marque indique dans quel sens souffler, mais je découvre qu'alterner souffle et aspiration peut produire des effets différents des voix muettes, rires, chants, etc. Je mets en garde Sacha contre le danger d'ingurgiter le susu (prononcer souzou) et suggère de concourir pour celui qui l'avalera le premier. À peine ai-je prononcé ces mots que, glops, mon camarade ingère son instrument de musique ! À cette heure, Sacha a peut-être produit un nouveau son de susu, inouï et difficilement reproductible sans danger...

lundi 6 avril 2009

Obama contre l'état-major ?


Mes parents racontaient qu'à l'époque de la bombe atomique, ils n'auraient pas dû faire d'enfants. Cette menace pesait réellement sur nos vies. La tension entre les Américains et les Russes ne laissaient présager rien de bon. Et puis le monde a changé. Pas comme nous le craignions, ni comme nous l'espérions. J'avais treize ans lorsque j'ai pris ma carte de Citoyen du Monde, mouvement fondé par Garry Davis auquel adhérèrent Einstein, Gide, Camus, Sartre, Breton... Il préfigurait ainsi le Peace and Love des hippies et les manifestations contre la guerre du Vietnam. "Face aux préparatifs de destruction qui s'organisent sous nos yeux et devant l'impuissance avouée des États, des Blocs, de l'O.N.U. à défendre la vie menacée, nous déclarons en danger chaque homme, chaque village, chaque ville et l'espèce humaine, nous déclarons l'humanité entière en état de légitime défense contre les Etats souverains, les idéologies et les propagandes qui prétendraient justifier le recours à la guerre, nous déclarons ouverte la crise de régime du monde... (...) Nous appelons les hommes à de nouveaux héroïsmes pour poser les actes de refus, de courage et d'espoir dont l'avenir dépend. (...) Le citoyen du monde réclame des lois mondiales qui donnent aux individus et aux peuples des garanties minima, notamment pour leur subsistance, leur sécurité et leur liberté ; des institutions mondiales, ayant pouvoir d'élaborer ces lois, de les appliquer, de les faire respecter..." Etc. À la fin de 1948, Garry Davis réclame un pouvoir fédéral mondial et une assemblée constituante des peuples... Mon internationalisme prit la relève, mais je conservai pieusement ma carte de citoyen du monde, concept que j'ai toujours considéré au-dessus de mes origines et de ma nationalité.
Obama est prudent d'annoncer que la suppression des armes nucléaires qu'il réclame à son tour n'aboutira probablement pas avant la fin de sa vie. L'état-major américain qui lui est très hostile pourrait avoir de fâcheuses idées. Ses paroles sont pleines de promesse, mais de quels effets seront-elles suivies ? Naïveté ou langue de bois ?
Il y a quelques jours les Grannies ont compris que rien n'avait véritablement changé après être restées douze heures en garde à vue pour avoir entouré le bureau de recrutement de l'armée d'un ruban jaune de la police où est écrit "Crime Scene". La plus âgée des sept grand-mères arrêtées a 89 ans. Elles ne se sont pas démobilisées sous prétexte qu'Obama était élu président et pensent que seuls les citoyens pourront imposer un désarmement. Le 18 mars cette manifestation était la première contre la guerre depuis l'investiture de Barack Obama !

vendredi 3 avril 2009

Appel à boycott


La loi Hadopi est passée à l'Assemblée, essentiellement votée par la droite et rejetée par les partis dits de gauche. L'industrie discographique et cinématographique avait réussi son travail de lobbying auprès des sociétés d'auteurs (mes sociétés !) pour les entraîner dans cette voie liberticide, et contre les sociétés d'interprètes (mes sociétés également puisque je fais autant partie de la Spedidam et de l'Adami que de la Sacem, de la Sacd et de la Scam !). En parlant de privation de libertés, je n'évoque pas celui de télécharger librement sans rémunérer les artistes (j'ai défendu ici même la licence globale : 1 2 3), mais la loi, au demeurant inapplicable, est la porte ouverte au contrôle des échanges sur Internet. Rappelons que la semaine dernière le Parlement européen a considéré que "garantir l'accès à tous les citoyens à Internet équivaut à garantir l'accès de tous les citoyens à l'éducation" et adopté un rapport sur "la sécurité et les libertés sur Internet". On a pu lire ici et les raisons de s'opposer catégoriquement à Hadopi. Les artistes qui ont soutenu cette loi se sont fourvoyés en pensant qu'il s'agissait simplement de défendre son bout de gras. Il y avait d'autres façons de le faire que de jouer les collabos avec un système répressif qui encourage à désobéir en brouillant son identification (l'IP flottant ou délocalisé), à tester de nouveaux modes qui échappent à la loi (le streaming se développe : on regarde un film en temps réel sans télécharger) ou qui sont légaux (Deezer a signé un accord avec la Sacem et permet d'écouter tout ce qu'on veut sans que les artistes ne voient la couleur de leur argent), et j'imagine que les faussaires s'en donneront à cœur joie tant la tentation est grande de résister à cette loi aussi dangereuse qu'inapplicable. Le système envisagé permet tous les abus et les internautes auront peu de moyens pour se défendre en cas d'erreur par exemple. Il suffira aussi au pouvoir d'invoquer cette loi pour couper la connexion à Internet à qui il le souhaite. Nous entrons dans une ère où la répression va pouvoir s'épanouir. Et ce avec la caution d'un grand nombre d'artistes dont on trouvera la liste sur le site de la Sacem.
Je n'ai jamais apprécié les collabos, qu'il le soit devenu par conviction ou par inconscience. Aussi je décide de boycotter les disques et les films des signataires à commencer par ceux qui sont montés en première ligne pour défendre leurs petits intérêts égoïstes au détriment du bon sens et de l'intérêt général. Je me prive ainsi de Aldebert, Arthur H, William Baldé, Agnès Bihl, Bertrand Burgalat, Jean-Patrick Capdevielle, Bernard Cavanna, Alain Chamfort, Dany, Daphné, Da Silva, Thomas Dutronc, Jean Fauque, Gotan Project, Françoise Hardy, Icare, Louisy Joseph, Philippe Lavil, Maxime Le Forestier, Claude Lemesle, Renan Luce, Didier Lockwood, Christophe Mae, Ridan, Sanseverino, Yves Simon, Stanislas, Tété, et au cinéma, Jean-Jacques Annaud, Christian Carion, Jean-Claude Carrière, Alain Corneau, Radu Milhaileanu, William Karel... La liste est hélas beaucoup plus longue, mais chaque fois que j'apprendrai qu'un ancien camarade a permis de faire passer cette loi mortifère, je me priverai de son art. C'est une bonne manière de faire le tri en cette époque où plus que jamais il va falloir se serrer les coudes contre la réaction et l'obscurantisme.

mercredi 1 avril 2009

Des lapins, des poissons, des souris et des hommes


Nous partons aujourd'hui à Saint-Médard-en-Jalles, près de Bordeaux, pour diriger notre opéra de cent lapins demain jeudi en ouverture du festival Des souris et des hommes. Le jour suivant, nous déplaçons Nabaz'mob dans une chambre noire pour le présenter en installation pendant une semaine jusqu'au 10 avril au même Carré des Jalles. Nous espérons que la reproduction battra son plein, car nous avons eu une dizaine de blessés, quasiment refroidis suite à la chute probable d'un des deux clapiers, une indélicatesse de transport. La synchronisation suivant le mouvement des oreilles, il suffit qu'elles soient grippées pour que la bestiole à qui elles appartiennent prenne du retard sur l'ensemble. C'est chouette si cela dure quelques secondes, effet comique perceptible surtout musicalement, mais cela fait tâche si la paralysie les gagne. Dans ce cas de pause absolue, immobilité monochrome, ce qui s'appelle vulgairement poser un lapin, l'animal rejoint sa tanière pour être dirigé vers l'Hôpital Violet. Nous enchaînerons l'installation de St Médard avec six représentations au Pass (Parc d'AventureS Scientifiques) à Mons en Belgique du 13 au 15 avril pour le festival Robotix's. Quant à Antoine et moi, ayant récupéré nos éclopés remis sur bases, nous ferons du yoyo nord-sud comme deux poissons dans l'eau dans la position du lotus. Je n'oublie pas du tout les souris, mais elles restent à Paris !