Jean-Jacques Birgé

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 25 août 2020

Mes Perspectives du XXIIe siècle sous l'angle de Jean Rochard (27)


Jean Rochard évoque mon dernier CD en "disque ami" sur le site du label nato...


L’on aurait grand tort de ne pas scruter les albums discographiques parus avant, pendant ou juste après ce qu’il est convenu (et trop convenable) d’appeler « le confinement ». Ils ont souvent leurs lots de signes, d’avertissements en déroute, d’invitations perspicaces ou de températures affichées. C’est évidemment, sans détour, dès la lecture du titre, le cas de Perspectives du XXIIe siècle, le nouveau disque de Jean-Jacques Birgé, pas compact par hasard.
Explorateur en folie des méandres du temps et de ses effets (il célébrait son centenaire dans l’album précédent), à partir de la découverte de 31 pièces enregistrées en différents points du globe, 31 musiques du monde - car on n'en connaît pas d’autre -, il relate l’après d’une catastrophe se produisant en 2152 (c’est gentil, ça laisse plus de temps qu’espéré). Ces bouts – des morceaux – de musiques, alors incroyablement précieux, permettent la mise en branle des listes rétrospectives pour saisir les effets doubles du moment vécu, ses raisons et raisonnements lorsqu’il est déjà trop tard, lorsqu’il n’est jamais trop tard. Effaré par l’exposition du mystère, les survivants en jouent, pris dans l‘incessante perspective, révélant que s’il existait réellement deux sortes de musique (comme il était de bon ton de l’affirmer au XXe siècle), ce ne serait ni la bonne et la mauvaise, ni l’improvisée et la composée, ni la commerciale et celle sans assurance, mais plus simplement la nomade et la sédentaire. En 16 plages, Jean-Jacques Birgé invite ses camarades, brillants musiciens rescapés (tout le monde joue très bien) : Jean-François Vrod, Antonin-Tri Hoang, Sylvain Lemêtre, Nicolas Chedmail, Elsa Birgé, en compagnies du mystère des voix multiples (17 narrateurs et narratrices en toutes langues), à fouiller activement la mémoire ravivée jusqu’à en vivre profondément les contradictions. « Everyone reacted in their own way (…) to come from everywhere, you must come from somewhere » témoigne l’un des récitants. Au fil d’un album où la musique peut être un ascenseur pour échafauder ses transformations jusqu’au silence de bon augure, tous s’appliquent à garder l’œuvre ouverte pour une suite incessamment toujours à venir. Lorsqu’on se souvient de ce qu’on peut, on se souvient de tout, on adopte le choix des variantes, caractère défini contre la définition.
Après les vertiges tutoyés, traces issues de Thaïlande, d’Inde, du Japon, d’Allemagne, de Wallonie, du Niger, du pays Touareg, d’Éthiopie, du Pays Basque, de Suisse, de Norvège, d’Anatolie, des Hébrides, de Géorgie, de Macédoine, de Terre Esquimaux, du Congo, de Bretagne, des Philippines, de Côte d’Ivoire, du Cameroun, de Kabylie, de Bulgarie, de Formose, d’Asturie, de Grèce, du Berry, la 12e piste avertit : « Au loup ». Simple avertissement ? Évocation d’une espèce disparue ? En 1800, les loups vivaient partout sur l’ensemble du territoire français. Il fut décidé de les éradiquer. Cela prit un peu moins d’un siècle et demi. En 1940, alors que la France subissait lamentablement l’invasion nazie, à force de ne pas avoir su entendre les avertissements multiples, disparaissait le dernier loup français. Quelques décennies plus tard, un couple de loups d’Italie traversait les Alpes et s’installait. D’autres suivirent, se reproduisirent, dessinant un timide repeuplement jusqu’à ce qu’un président de la République autorise l’abattage de 500 loups. N’allez pas croire que ça n’a aucun rapport avec Perspectives du XXIIe siècle, c’est même peut-être l’image de son sujet principal.
« Le passé est une bonne source d’inspiration pour imaginer l’avenir » nous avertit Jean-Jacques Birgé dans le livret d’accompagnement (impeccablement réalisé et illustré). Mais à l’écoute de ce disque, on se prend à penser que le futur pourrait bien être une bonne source d’inspiration pour imaginer le passé, le comprendre en « passer », l’imaginer enfin.

→ Jean-Jacques Birgé : Perspectives du XXIIe siècle (MEG, 2020)

mardi 18 août 2020

Perspectives du XXIIe siècle (26) : version explosive de "L'indésir"


La première version de L'Indésir était trop illustrative. Je pensais qu'il fallait poser clairement les enjeux en amont. J'avais ainsi fourni à Sonia Cruchon des images documentaires de guerre et de révolution, mais cette neuvième vidéo (en fait, le second épisode du film complet) tranchait avec la poésie évocatrice des huit autres. Sonia a tout repris à zéro, accouchant d'une proposition plus proche de Présence de la mort, le roman de C.F. Ramuz qui m'avait en partie inspiré le CD Perspectives du XXIIe siècle. Cette nouvelle version remplace donc la précédente sur Vimeo, mais j'ai conservé le billet que je lui avais consacré.
Même si je n'en fais qu'à ma tête, il faut écouter tous les avis. Je dois à Dana Diminescu d'avoir soulevé la question de la faille démonstrative de la première version et évidemment à Sonia d'avoir joué du contrepoint en montant dialectiquement les images de la NASA (A Decade of Sun, Magnificent Eruption, Thermonuclear Art) sur l'évocation musicale de la guerre et de la révolution. J'imaginai l'orgueil de l'homme qui pense être capable de détruire la planète par ses agissements absurdes, à la fois criminels et suicidaires, alors que la nature peut très bien s'en charger seule ! Nous ne sommes jamais à l'abri d'une catastrophe tombée du ciel, et en ce qui concerne mon scénario, du soleil, puisque nous en sommes totalement dépendants. Sonia a conservé sa seconde partie, constituée de mes photos et d'une pluie de cendres, en la passant en noir et blanc. Son adaptation, incandescente et entropique, pose bien l'état des choses avant leur reprise en mains par les survivants de 2152 !



Jean-Jacques BIRGÉ
L'INDÉSIR
Film réalisé par Sonia CRUCHON

Jean-Jacques Birgé : field recording, clavier, trompette à anche, flûte
Nicolas Chedmail : trompette

Sources musicales :
Allemands. Marche. Flûtes et tambours. Souabe, 1930
Wallons (Belgique). Danse des Gilles de Binche. Tambours, grelots, 1950
Haoussas (territoire du Niger). Batterie de tambours accompagnant une exhibition de lutte à Tahoua, 1948
Touaregs (région de Tahoua). Musique à programme : attaque d’un troupeau. Flûte de roseau, 1948
Éthiopiens (Kemant et Amharas). Déclamation du thème de guerre amhara. Voix d’homme, 1950
Basques (Pays basque français). Danses d’épées. Flûtes et tambours, 1952

Sources des images :
Films : NASA – Archives Prelinger – Openfootage – Beachfront B-Roll
Photographies : Jean-Jacques Birgé

#2 du CD "Perspectives du XXIIe siècle"
MEG-AIMP 118, Archives Internationales de Musique Populaire - Musée d'Ethnographie de Genève
Direction éditoriale : Madeleine Leclair
Distribution (monde) : Word and Sound
Commande : https://www.ville-ge.ch/meg/publications_cd.php

Les 10 vidéos déjà tournées en ligne sur Vimeo !
Tous les articles du blog concernant le CD Perspectives du XXIIe siècle
Dossier du MEG en français et anglais
La presse : RTS Vertigo ("Le MEG fait de l'anticipation sonore"), RTS L'écho des pavanes ("Jean-Jacques Birgé, ethnographie au futur antérieur"), Le Monde, L'Autre Quotidien, Vital Weekly...
L'album en écoute sur SoundCloud !