Jean-Jacques Birgé

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 26 mai 2014

Bémol à la paranoïa des chiffres


Dans notre système sociétal désincarné basé essentiellement sur l'évaluation, les chiffres des élections font froid dans le dos que l'on s'y attende ou pas. Nombreux camarades soulignent qu'une personne sur trois ou quatre croisée dans la rue serait un facho. On est pourtant loin du compte. Les 25% du FN sont d'abord un jeu d'écritures. Si quantité de négligents, déprimés, déçus, opposants à la simili-démocratie qu'on nous vend à tout bout de champ ne sont pas allés voter, très rares ceux et celles parmi ces abstentionnistes qui partagent les points de vue de l'extrême-droite. Cela réduit considérablement la proportion de débiles haineux qui ont choisi de se ranger derrière le FN. Il en reste néanmoins un paquet et à partir de un c'est déjà trop !
Et même parmi les votants nombreux ont, par inculture, sanctionné le système politique et les incompétences de nos gouvernements successifs. Ce second phénomène réduit encore le nombre de fachos croisés dans la rue. Si en plus vous habitez comme nous Bagnolet le Front de Gauche est en tête avec 18,41%, les Verts 16,23%, le FN 15,53% et le Parti Socialiste qui y a gagné les Municipales grâce à la trahison d'une faction prétendûment d'extrême gauche en quatrième position avec 14,07%, proportionnelle toujours basée sur les suffrages exprimés ! Encore une fois c'est toujours trop pour l'effet haine, mais cela relativise la vision paranoïaque que vous pourrez lire ça et là dans la presse officielle ou sur les réseaux.
Quant aux raisons qui poussent les victimes à élire presque systématiquement leurs bourreaux (si les individus votaient pour leurs intérêts de classe on n'en serait pas là) elles sont motivées par la peur de l'inconnu, préférant identifier et choisir d'où vient leur souffrance plutôt que d'en risquer une nouvelle. Elles sont également motivées par la haine de l'autre qui est en soi. Enfin, la politique du pire pourrait exiger la victoire des incompétents afin de s'en débarrasser ensuite pour un très long moment !
Les cycles historiques (on les appelle des révolutions) semblent se perpétuer, à moins que nous soyons assez fous pour nous autodétruire en produisant une courbe plate, telle celle qui s'affiche sur nos écrans asservis à la religion du marché qui, quoi qu'il arrive, dictera sa loi aux futurs élus. À moins que nous inventions un autre système, mais ça c'est une autre histoire...

jeudi 1 mai 2014

Revue du Cube #6 sur le thème du partage


Lors des dernières élections municipales je proposai de créer à l'échelle de la ville un collectif de compétences pour créer du lien social entre les différentes communautés, générations et professions. Il s'agit d'échanger tant le savoir que la pratique en contournant les divers systèmes tous aussi inéquitables qu'inefficaces, dictés au pouvoir politique par les lois du marché, charge à lui de les imposer ensuite à (presque) tous les citoyens par tous les moyens sous couvert d'une démocratie qui n'en a plus que le nom. Passé les considérations catastrophiques qui, plus que probables, pourraient s'avérer démobilisatrices, J'aimerais croire en l'avenir, ma participation au nouveau numéro de La Revue du Cube, va évidemment dans le sens d'un partage total indispensable...

Dans son édito de la revue du Cube Nils Aziosmanoff pose clairement les enjeux de ce numéro 6 consacré au partage. Si certains contributeurs récapitulent simplement ses formes en vogue, d'autres refusent de capituler en revendiquant ou en imaginant les formes indispensables que partager devraient induire aujourd'hui pour espérer un avenir à l'humanité, et même à toute espèce vivant sur notre planète. Face au sujet, les femmes, dont je regrettais la sous-représentativité dans les premiers numéros de la revue, ont une approche parfois spécifique comme Muriel de Saint-Sauveur avec la parité, mais Véronique Anger-de-Friberg, Marie-Anne Mariot, Janique Laudouar, Carol-Ann Braun, Gloria Origgi, Miki Braniste sont au même régime que Maxime Gueugneau, Francis Demoz, Hervé Azoulay, tous désirant dépasser un horizon à courte vue, hélas pourtant réduits à un vœu pieux. J'en fais évidemment partie. Et Philippe Cayol et Marta Grech d'écrire à quatre mains en prônant l'ensemblage pour éviter les déviances de certains partages ! À côté de celles d'Étienne Armand Amato et Jacques Lombard les quatre autres (presque) fictions me semblent s'éloigner de notre préoccupation, pauses agréables face à nos cerveaux qui s'échauffent, avant l'entretien avec Sylvain Kern, le débat (bientôt en ligne) et un panorama du web. Carlos Moreno, Hortense Gauthier, Olivier Auber, Clément Vidal, Franck Ancel, Étienne Krieger, Cécile Bourne-Farrel, Emmanuel Ferrand, Jean-Christophe Baillie, Simon Borel, Nicolas Dehorter, Michaël Cros, Serge Soudoplatoff, Philippe Chollet, Éric Sadin participent également à la revue, mais leurs approches m'empêchent de partager leurs vues aussi facilement...

J'aimerais croire en l'avenir

J'aimerais croire en l'avenir. Avons-nous d'autre choix que de nous battre pour que nos enfants puissent un jour prendre le relais ? Contre quoi, contre qui se bat-on ? Pan sur le nez ! L'homme est si orgueilleux qu'il pense pouvoir tout contrôler, climat, démographie, production, pollution, révoltes, la vie et la mort elles-mêmes. Comme si nous étions les maîtres du monde alors que nous sommes imperceptibles à l'échelle de l'univers, et sur un autre système de repères les véhicules inconscients de gênes et de bactéries qui nous manipulent. Des marionnettes en somme !
Nous créons des rites qui nous rassurent. Ils prennent la couleur du temps. Nous produisons de l'énergie pour nos totems. Deus ex machina ? À quoi bon ? Nous n’avons jamais cessé d’être Dieu, l’ayant créé à notre image, dans la limite de notre imagination. Que l'on soit dupes ou pas de la mascarade nous en avons toujours été, chacun, chacune, les organisateurs et les complices. La seule perspective qui nous sauverait porterait le nom de progrès ? Ceux qui se préparent à s'envoler dans l’espace misent sur la sélection par l'argent, les autres devraient savoir qu'il n’existe d'autre solution que dans le partage. Les révolutions se font ensemble. Les monstres d’égoïsme seront lapidés par la foule. Un peu de patience ! Le programme s’accélère. L'humanité n'assimile que les grandes catastrophes.
Les Trotskistes pensaient que la révolution serait internationale ou ne serait pas. Elle le fut, mais elle portait les couleurs morbides et cyniques du libéralisme. Le Capital était devenu marxiste. Tout se joue de plus en plus loin. La démocratie est un paravent derrière lequel s'agitent à peine une centaine de nantis tirant les frêles ficelles de l'exploitation planétaire. Il suffit de quelques degrés pour que la Terre chavire, provoquant des flux migratoires, vers le gouffre ou les cimes.
Le numérique n'est qu'un outil comme le silex en son temps. Les savants cherchent des solutions qui seront récupérées par l’armée. D’abord on fait du feu, ensuite on fait des flèches. Nous sommes terriblement décevants. Et pourtant…
Pourtant la Terre pourrait alimenter toute sa population, toutes espèces confondues. Nous pourrions partager l’eau, l’air, la terre et le feu à condition d’enrayer le gâchis. Chaque individu pourrait toucher l’équivalent d’un revenu de base permettant à chacun de s’épanouir dans son travail. Les élections se feraient par tirage au sort. Les inégalités entre riches et pauvres seraient considérablement limitées. Les communautés partageraient leurs richesses, culturelles, minières, agricoles, etc. Les anciens apprendraient aux jeunes et les jeunes aux anciens, un échange des connaissances serait aussi mis en partage entre communautés, entre les hommes et les femmes, tous vivant en bonne intelligence avec les autres espèces. Partage remplacerait de fait Liberté Égalité Fraternité au fronton des édifices publics. D’ailleurs tout serait public, puisque rien n’appartiendrait plus à personne. C’est à ce prix, qui n’a rien de symbolique, que nous serons à même d’envisager l’avenir, dans la paix et l’allégresse.

Capture-écran extraite de la couverture interactive du roman augmenté USA 1968 deux enfants (Les inéditeurs)